Historique

C'est en 1892 que René Claparède, Emile Yung et Eugène Pittard, tous trois professeurs à l’Université de Genève, annoncent la première série de conférences organisées et dispensées autant par des étudiants et des professeurs, regroupés au sein de "l'association des étudiants pour les sciences populaires". S’inspirant des modèles d’enseignement anglo-saxons, ces bourgeois philanthropes souhaitent que les ouvriers puissent, eux aussi, avoir accès à la connaissance. Cependant, les cours cessent en 1893, faute d'auditeurs.

Durant l'hiver 1897-1898, contact est pris avec les fédérations ouvrières, et les conférences recommencent jusqu'en 1900, date à laquelle la chambre de travail de Genève se retire du projet, jugeant que les conférenciers n'adhèrent pas à la même idéologie que la leur.

En 1901, nouveau changement : les conférences reprennent sous les auspices du Parti socialiste ouvrier, mais là encore l'expérience ne dure pas.

En 1905 est fondée l’Ecole Ouvrière, sous l’impulsion de Jean Sigg, socialiste et qui en devient le président. L’Ecole devient en 1910 l’Université Ouvrière de Genève, UOG, avec l'annonce par Emile Nicolet, syndicaliste et futur président du parti socialiste genevois, de la reprise des cours et conférences. Les cours recommencent alors avec le soutien des fédérations ouvrières, et des « conférences populaires » sont données régulièrement dès 1920.

Dans l’immédiat après-guerre, les conventions collectives de travail (CCT) éclosent partout en Suisse, et en particulier à Genève. Président de l’UOG dès 1949 et membre du parti socialiste genevois, Moïse Berenstein donne à l’UOG sa structure actuelle et les formations de syndicalistes à la rédaction et la conclusion de CCT sont l’apanage de l’UOG.

En 1961, les premiers cours de langue pour italiens sont mis sur pied, suivis de ceux pour les ouvriers espagnols et portugais. En 1968, les cours s'étendent aux travailleurs turcs, tchécoslovaques et des pays balkaniques.

La fin 1981 est malheureusement marquée par des divergences politiques au sein de l'UOG. La prise du comité par les syndicats, devenus majoritaires, crée une forte réaction d’une partie des enseignants qui craignent que les cours de langue ne soient négligés. Ces enseignants quittent alors l’UOG pour créer, en 1982, l'actuelle Université Populaire du Canton de Genève (UPCGe).

Les premiers cours pour personnes au chômage à l’UOG sont mis sur pied en 1987.

En 1994, l’institution emménage dans l’actuel bâtiment à la place des Grottes, lieu véritablement conçu pour l'enseignement, qui permet ainsi de regrouper et de développer toutes les activités de l'UOG. En même temps, la reconnaissance du travail de l’UOG par l’Etat se traduit par une forte augmentation de sa subvention, qui aboutira en 2007 à la signature du premier Contrat de prestations entre l’UOG et l’Etat de Genève.

Constituée en association l’UOG dispense aujourd’hui plus de 20'000 heures de cours, en partenariat et avec le soutien financier principalement de l’Etat genevois, mais également de la Ville de Genève, de syndicats et de plusieurs communes genevoises.

ACTUALITÉS

ADHEREZ A L'UOG

En devenant membre vous
apportez votre soutien
au développement
de notre institution.

 
 
Loterie Romande